Couture

Perfect Cami

Marque et Modèle : « Cami » de Pauline Alice

Taille : 40

Métrage et Fourniture:

  • 2m de tissu petites fleurs de Bennytex
  • 1 fermeture éclair (30 cm),
  • 5 boutons bleus
  • thermocollant.

Cet article fut écrit , puis perdu, puis cherché et finalement pas retrouvé. Alors je comme j’aime cette robe et que j’aime aussi les photos, je prends le temps de les partager avec vous 🙂

IMG_7774

Du coup j’ai cousu (il y a 2 ans (mai 2016)) cette robe. Et c’est pour moi la Cami parfaite : c’est à dire celle qu’il y a sur la pochette.

Et je l’adore 🙂

IMG_7764

J’ai fait quelques modifications : J’ai allongé le buste de 4 cm (et a voir sur les photos c’est peut-être un chouia trop dans le dos) pour que la taille tombe sur ma taille naturelle.

IMG_7771

Et j’ai allongé les jupes de 1 ou 2 cm. J’ai longtemps hésité (au moins 1 mois) à coudre l’ourlet ou à raccourcir. Et c’est mon copain qui a tranché par un « Fais comme c’est dit dans le patron ». Donc j’ai pas raccourci. (ce qui fait que j’ai tout de même allongé la robe de 5-6 cm par rapport à la première fois que je l’ai cousue)

J’ai fait autant de fronces que proposé dans le patron (toujours en suivant le mantra : »Fais comme c’est dit dans le patron ») 🙂

IMG_7779

Alors c’est sûr ça fait de l’ampleur ! Mais j’adore, je trouve que ça met d’autant plus en évidence la taille. Vraiment j’adore cette robe. C’est bien simple je me crois Betty Drapper dans un épisode de Madmen.

IMG_7763

Je la porte régulièrement depuis 2 ans. Pour tout te dire, je l’aime tellement que je l’ai emmener avec moi au Japon !!!

Photos prises il y a 2 ans dans le jardin de mes parents.

Couture

Sorell n°1 – version short : La fausse toile

Marque et Modèle : « Sorell » de Pauline Alice
Taille : 40
Métrage et Fourniture:
– 1 m (par 140) de jean (tout doux) de mon stock (je dirais acheté à Myrtille Nantes (mais je ne suis pas sûre, les coupons de jeans se ressemblent trop entre eux)
– fermeture éclair jaune (une des dernières qui étaient neuves dans le stock que m’a donné ma mamie)
– boutons jean à poser au marteau.

Sorell-entier

Assieds-toi, et prépare toi, car j’ai pleins de chose à te dire 🙂

Avec le projet de garde-robe capsule lancé par Clothilde, j’ai (re)découvert le blog de Tasticottine.
Tasticottine a une super écriture et une sacrée gouaille. Elle t’appelle Coupine et tout d’un coup t’as l’impression que tu peux prendre une bière belge avec elle sur une terrasse et discuter couture pendant des heures. De plus, elle propose une analyse ultra pertinente de la couture.
Donc j’ai commencé à lire son blog (j’ai pas fini, parce que Tasticottine est une pionnière de la couturosphère. Y’a du contenu (et du bon) !  Je prends mon temps parce que j’aime beaucoup la lire :)).

Et donc, je suis tombée sur cet article : L’épineuse question des toiles … Et ça a fait échos en moi.. J’avais envie de faire un pantalon Sorell, et j’avais trouvé le tissu parfait (enfin je pense). Mais bien sûr, même si j’ai déjà fait des pantalons. J’avais pas fait de Sorell, ni d’autres pantalons de cette forme (taille haute, jambes larges)…

Sorell-Dos2

Alors je me suis dit : je vais peut-être faire une sorte de toile. L’idée est de vérifier le confort. La forme je sais déjà qu’elle me plaît, je ne sais pas si elle me va, (mais ça c’est une autre histoire).

Parce que, voilà, je t’explique pourquoi je ne fais pas trop de toile : c’est parce que je n’ai pas trop envie de faire 2 fois d’affilée la même chose. Je trouve que je n’ai déjà pas suffisamment le temps de coudre tout ce que j’ai envie c’est pas pour coudre à blanc … Alors oui, j'(entre)vois l’intérêt de la toile. Qui est d’avoir un vêtement parfaitement ajusté dans le coupon précieux que tu n’osais pas coupé. Ça évite de faire des bêtises et ça permet d’avoir exactement ce que l’on avait en tête (avec des finitions de folie tant qu’à faire).

Mais faire une toile, pour moi c’est aussi enlever toute la spontanéité de la couture, puisque faire une toile, c’est vérifier chaque petit détail avant de se lancer pour de vrai. Oui mais la spontanéité c’est important pour moi. Je me rappelle lors de mes premières coutures (que je porte toujours), bah je fonçais ! Peut importe la difficulté du patron, du moment qu’il me plaisait. Et du coup j’apprenais de mes erreurs. Mais aussi je trouvais des solutions à tout : Tu ne rentres pas dans ta robe -> Pas grave on va mettre une patte de boutonnage ! 🙂 Et ça j’aimais bien :). Sauf que j’ai pris de la bouteille, et maintenant je me méfie. Je relie les tailles, bâtis les pinces, les descends si besoin, fait attention à la stature et rajoute quelques centimètres à l’ourlet en prévision (et c’est tout en fait). Et si ça me va je me dis que ça ira à ma petite soeur 🙂 .

D’un autre côté, j’apprécie aussi de refaire un patron déjà cousu. Je trouve très agréable de connaître les points sensibles, les endroits où se méfier et d’avoir l’assurance du résultat final.

Donc en fait, le problème n’est pas de coudre 2 fois le même patron, mais simplement de le coudre 2 fois de suite.

Sorell-ZoomPocheMonnaie2
Ouai ouai, j’ai pas encore posé le bouton sur la poche monnaie.

Donc je me suis dit que j’allais tailler le Sorell en short ! Oui, parce que ce que j’aime dans Sorell c’est le côté classe : taille haute, jambes interminables… Mais en short, il y a de sacrées jolies versions qui on un style beaucoup plus décontracté. Et ça j’aime bien ! (Et puis en plus c’était bientôt l’été). Ça sera 2 pièces bien différentes, je n’aurais pas l’impression d’avoir de doublons. 🙂

J’étais fière de mon idée alors je me suis lancée. Je suis aller chercher un coupon de mon stock (!!!). Et j’avais un coupon de jean qui était un poil court (1m15) pour y faire entrer un pantalon (en plus il n’a pas vraiment d’élasticité, ça n’aurait vraiment pas marché pour un pantalon ajusté). Par contre, il est tout doux. ça ne m’avait pas frappé au toucher (avec les doigts), je l’ai senti au porté. Du coup, il est encore plus confort :).

Sorell-ZoomPocheMonnaie

Je ne retrouvais pas le livret d’instructions de Sorell, du coup j’ai suivi le sew along à la lettre. Il est parfait ! D’ailleurs je l’ai tellement bien suivi que j’ai fait la poche-monnaie. Au début j’hésitais à la faire parce que je ne sais pas trop ce que j’allais mettre dedans. Mais en fait, il ne faut pas trop se poser de question, on est super bien accompagné et puis j’ai pu apprendre comment faire une nouvelle sorte de poche :).

Sorell-PocheMonnaie

A propos de la réalisation, je n’ai pas rencontré de difficultés particulières. A part les épaisseurs au niveau de la poche-monnaie (surtout que j’ai fait une bourde, donc j’ai rajouter encore plus d’épaisseurs pour la corriger…). Et puis au tout début, je n’avais pas compris qu’il fallait coudre le parement de poche (pièce 4) SUR la doublure de poche (pièce 3). (Mais peut être que je n’avais pas connecté mon cerveau…)

pocheSorell1.png

J’ai ADORE faire les poches passepoilée. Les pièces sont bien conçues car le passepoil est déjà intégré. Et du coup tout c’est déroulé simplement. Et j’adooore le résultat !!! (Maintenant j’ai envie d’en mettre partout :))

Sorell-DosPoche

Quand j’ai coupé les pièces, je ne savais pas trop quelle longueur de short faire. Alors j’ai mis 10 cm sous la fourche + 4cm pour l’ourlet. En me disant, si c’est trop court, je ferais l’ourlet plus court. Bah finalement j’ai exactement respecté cela. Et je trouve que la longueur lui va bien. Même si il est vraiment court, ça ne se voit pas trop puisque la taille est haute. D’ailleurs la taille haute c’est ça qui donne des jambes interminables (parce que ça marche aussi en short :)).

Sorell-face

De puis que je l’ai cousu, je le porte tous les week-ends (en même le soir après le boulot). Il est confortable. La ceinture haute ne me gène pas. Parce que comme je ne peux pas le mettre la journée au travail, d’enfiler ce short me fait vraiment sentir que c’est bientôt les vacances 🙂

Et puis, là tu l’as vu, on dirait que je suis en vacances, mais en fait non. Je suis simplement en weekend. Sauf que comme je manque cruellement de vacances, j’ai profité de ce weekend comme des vacances !!!

Sorell-HaurCrochet1

Alors j’ai sorti ma tenue de vacances d’exception. Donc bien sûr ce short dont tu as déjà lu toute la genèse 🙂 Et ce petit top en crochet. Ce petit top est mon premier ouvrage (et seul) en crochet. Je l’ai fait en allant en Irlande il y a 2 ans (le temps passe vite). Quand je suis revenue il ne lui manquait que les bretelles (mais l’été était fini) alors ça m’a pris un certain temps de les faire (genre au moins 1 an).

Sorell-HaurCrochet2

Et puis je t’avoue que je ne le porte pas tant que ça. Tout simplement parce que il faut une chaleur caniculaire pour le sortir de l’armoire et aussi que ça soit le weekend (je ne pense pas pouvoir le porter au boulot).

J’hésite à coudre les bretelles au corsage (pour l’instant elles sont nouées dans le dos), je pense que ça me permettrait de le porter plus souvent. Mais en même temps j’aime bien comme ça, parce que ça fait vraiment Vacances. 🙂 (bref tu l’as compris je suis un peu hésitante 😉 ).

Sorell-HaurCrochetZoom

Sinon je suis très contente de l’allure de ce top. J’aime bien la dentelle. J’ai bidouillé la forme des triangles de la poitrine, et ça tombe tout pile bien. Et quand j’ai fini l’avant, je trouvais ça tout de même assez large. Alors j’ai fait en sorte que l’arrière soit moins large (-1/4 je pense). Ce qui fait que les coutures ne sont pas tout à fait sur les cotés (mais un peu sur l’arrière), mais la taille est tip top 😉

Sorell-entier2

Voilà voilà, j’aime beaucoup ce top. Il est une allégorie des vacances. Car il a été tricoté pendant des vacances (il me rappelle de super souvenirs) et ne peut être porté que en vacances 🙂

Photos prises par a5e sur la Grand plage à Carnac (53)

Couture

Chemise à oiseaux

Marque et Modèle : « Cami » de Pauline Alice déjà retravaillée pour en faire un chemisier

Taille : plutôt 40

Métrage et Fourniture:

  • 135 cm (par 140) de tissu à oiseaux acheté à Tissus de la Mine – Angers (49)
  • boutons noirs

Je vous préviens tout de suite : j’adore ma chemise.
Tout me plait chez elle.

ChOiseaux_face.JPG

C’est un projet que j’ai débuté à Laval (novembre 2016). Je pensais l’avoir fini dans la semaine. Et puis finalement il y a eu beaucoup trop de choses dans cette semaine, et je ne l’ai pas finie.
Le projet a duré (causes : fin d’un travail, nouveau travail, les fêtes de fin d’année, déménagement…). Ce n’est pas un mal, le tissu (pur coton) était agréable à travailler. Et puis les couleurs (wahoo), elles donnent la pêche à le coudre, et en plus j’étais sûre d’adorer la porter. Du coup j’ai pris mon temps et je pense que je l’ai fini fin janvier (2017). 

ChOiseaux-hanches.JPG

Cependant, je n’arrivais pas à retrouver le fit de ma première chemise (Cette chemise est identique à la chemise à moustaches). Je pense que j’ai mal reproduit les pinces sur mon patron hacké et puis après j’ai bidouillé, sans réussir ce que je voulais.
Finalement, quand tout le reste de la chemise était fini, j’ai décousu mes pinces et j’ai « décalqué » celles de ma première version.
Et j’arrive exactement à ce que j’attendais.

ChOiseaux-manches.JPG

Cette chemise est comme je l’imaginais. Je pense que c’est, pour moi, la parfaite rencontre patron-tissu.

J’adore l’imprimé. Il pète la joie. C’est comme un splatch de couleurs à la Mathou. Mais en fait c’est encore mieux c’est des petits oiseaux de toutes les couleurs.
Et tout ça sur un fond noir pour la sobriété. Oui oui, la sobriété. Une chemise noire c’est sobre (même si il y a des oiseaux de toutes les couleurs partout dessus).

ChOiseaux-dos.JPG

Je la trouve tout particulièrement travail-compatible. J’aime beaucoup la porter (comme ici) avec un pantalon noir, je trouve que ça fait ressortir les couleurs 🙂

ChOiseaux-haut.JPG

Le patron est un hack de ma part de la robe Cami de Pauline Alice. Je vous ferais un pattern hacking quand j’aurais résolu ce problème de pinces (je ne peux pas vous dire : décalquer votre première chemise, ça ne fonctionnerait pas).
Mais l’idée, c’est le buste de la Robe Cami de Pauline Alice. Il faut que la fin du buste arrive à la taille naturelle. Pour cela moi j’ai rajouté 4cm. Cela permet que l’endroit où les pinces sont les plus ouvertes est là où la taille est la plus fine.
Ensuite j’ai allongé les pièces devant et dos pour qu’elles atteignent la taille d’une (longue) chemise (car moi j’aime bien rentrer mes chemises dans mon pantalon et ne pas avoir froid au dos). Puis j’ai fini la chemise façon liquette en copiant une chemise déjà faite. Et j’ai refermé les pinces (plus de détails à venir).

ChOiseaux-bas.JPG

J’aime toujours beaucoup cette forme. Elle est pour moi, confortable et ajustée.
Et j’adore !
Elle me laisse libre de tous mes mouvements, mais mets en évidence ma taille (je trouve). Et je ne suis pas étriquée aux épaules (ce qui est mon problème avec les coupes ajustées)…

ChOiseaux-Dos2.JPG

Je porte beaucoup mes 2 chemises ayant cette forme (genre dès qu’elles sortent de la machine). Je compte m’en coudre (au moins) 2 autres.

ChOiseaux-lachantrerie.JPG

Photos prises dans le parc de la Chantrerie – Carquefou (44)

Couture

Le (mystérieux) cas de l’imprimé moustache.

Marque et Modèle : « Cami » de Pauline Alice déjà réalisée ici et retravaillée pour en faire un chemisier

Taille : plutôt 40

Métrage et Fourniture:

  • 135 cm (par 140) de tissu à moustaches acheté à Mondial Tissus
  • boutons

Parlons, du mystérieux cas de l’imprimé moustache 🙂

Moustaches_Reelle
Tout le mystère réside dans le : Pourquoi j’ai acheté ce tissu ?

Chemisier Moustaches en conditions réelles de portabilité

J’ai acheté ce tissu lors de ma première virée à Mondial Tissus, il y 1 an et demi, quand j’habitais encore Mulhouse. Je venais de découvrir la couture en autonomie 🙂

Il y a un an et demi, c’était la mode des moustaches. Enfin des imprimés moustaches, lunettes, tout ça tout ça. On en trouvait partout.
Et bien moi, qui n’avait jamais eu de tels imprimés dans mon armoire j’ai craqué (en même temps c’était ma première virée dans un magasin de tissus en tant que jeune couturière, et ça n’a pas été la virée la plus « safe » pour mon porte-monnaie (mais les virées dans les magasins de tissus ont-elles été un jour « safe » pour les porte-monnaies?)).

Moustaches_face

Et ensuite.. avec le butin de cette virée, j’ai fait 2 shorts Châtaigne (mes toutes premières cousettes). Et le reste… a commencé à constituer mon stock de tissus.

Aujourd’hui, un an et demi après et 2 déménagements, mon stock à la taille d’un buffet (plein !).
Des Forces extérieures et persuasives (totalement indépendantes de ma volonté, mais malheureuseument pleines de bon sens) me poussent à diminuer mon stock (avant de le reconstituer).

Moustaches_zoom

Donc je me suis attelée à la tâche de faire tous les vêtements que j’avais prévus lors de l’achat des tissus.
Dans les cas (comme celui-ci) où je ne sais plus pourquoi j’ai acheté ce tissu, j’en fais ce que je veux. Je l’ai utilisé pour une expérimentation !

Moustaches_Dos

Je viens de finir une Cami Dress (la troisième) (oui oui je vais vous la montrer mais je ne l’ai pas encore portée (donc elle n’est pas encore vraiment approuvée), je n’ai pas encore décidé si je changeais les jupes ou pas. C’est en réflexion intense…).
Bref je viens de finir ma troisième Cami, et avec les petites modifications de rallongement du buste, je trouvais que le corsage était parfait.
Je suis partie de cette base pour en faire une chemise.
et voilà ce que ça donne !

Moustaches_DsPants

Je vous avoue, j’ai eu de gros doutes sur l’imprimé lors de l’essayage.
On m’a proposé d’ouvrir un restaurant de burger.
Je me dis qu’il y a peut être une raison si je n’ai pas ce type d’imprimés dans mon armoire. Mais je me dis aussi que la couture c’est fait pour faire des expérimentations aussi bien sur les formes que sur les imprimés 🙂

Moustaches_DsPantsZoom

Bref, j’ai levé le doute avec une demande express sur Instagram, on m’a assuré que c’était office-compatible (merci pour vos retours !).
Du coup, ni une ni deux, je l’ai portée le lendemain au bureau.
Aucun souci à noter, en plus je la trouve hyper confortable. Elle est ajustée à la poitrine, mais pas trop au corps. Je reste libre de mes mouvements sans qu’on ait l’impression que j’ai des épaules de camionneur. Si je la rentre dans un pantalon, elle a un petit effet blousant (on m’a dit que ça faisait encore plus working girl ^^).

Moustaches_boule
Conditions réelles de portabilité : même roulée en boule ça marche

Pour la faire, comme je vous le disais, j’ai repris le corsage de la cami dress et j’ai un peu bidouillé la fin pour avoir la forme d’une chemise. (Je pense vous expliquer comment j’ai procédé dans un prochain article 🙂 )

Moustaches_Soleil
Oh, mais il y a du soleil !

Donc récapitulons, les modifications :

  • Corsage de la Cami Dress alongé de 4 cm.
  • Partie basse en forme de chemise
  • Col mao (soit que le pied de col)

Et sinon, je pense que la fin des pinces du devant peut être améliorée.

Moustaches_SoleilHourra
Ouiii j’veux du soleil

Je suis très satisfaite de ce chemisier. J’en suis d’autant plus fière que c’est moi qui l’ai modifié pour avoir le résultat attendu 🙂

Moustaches_SoleilYoupi
Youupi !

Photos prises par a5e lors d’une ballade ventée à Brétignolles-sur-mer (85)

Non classé

La robe madras

Marque et Modèle : « Cami » de Pauline Alice

Taille : 38

Métrage et Fourniture:

  • 2m de tissu « madras », Les coupons de St Pierre
  • 1 fermeture éclair (30 cm),
  • 5 boutons bleus
  • thermocollant.
robe_madras_tourne
Elle tourne ! (J’ai une passion pour les robes qui tournent)

Elle tourne ! (J’ai une passion pour les robes qui tournent)

J’ai voulu faire une robe de ce type quand j’ai vu/flashé sur cette version de Carlotta Stermaria au tout début de ma prise de consience couturesque (c’est à dire en novembre dernier).
Et puis fin décembre, aux alentours de Noël, je suis allée avec ma maman au Marché St Pierre (cette place mythique dont j’avais tant lu sur les blogs). On a fait tous les magasins, tous les étages avant de se décider. Et dans notre butin, il s’est retrouvé ce super tissu madras. Comme tous les tissus madras, il est aussi beau d’un coté que de l’autre, ici les couleurs sont vives (sans rendre le tissu flashy) et il est entièrement en coton.

robe_madras_corsage

Maintenant que j’avais ce coupon, je me suis mise en quête d’un patron. J’ai choisi la robe « Cami » de Pauline Alice. Ce patron se rapprochait de la version de robe-chemise de Carlotta, et à la vue du nombre (toujours grandissant) de versions que l’on peut voir sur T&N je ne pensais pas faire d’erreur en investissant dans ce patron.

robe_madras_gonfle
J’aime bien quand elle gonfle aussi (j’ai l’impression de retomber en enfance)

Bon, je n’ai pas fait de toile (parce que ça n’est pas dans mes habitudes ‘haha’), surtout parce que mes mesures sont plutôt standards (donc peu de retouches à faire) et aussi parce que j’aime profondément tous les tissus qui sont sur mon étagère et que je ne vois pas en utiliser un juste pour tester. (Bon, maintenant je fais une première version dans un tissu que j’aime et qui convient dans mon esprit au patron mais qui n’est pas trop cher avant de me lancer à couper dans mes coupons précieux (oui oui je suis une couturière novice mais j’ai déjà des coupons précieux)).

robe_madras_face

Bref, tout ça pour dire que si j’avais fonctionné de la sorte avant de coudre cette robe j’aurais pu appliquer quelques modifications minimes telles que :

  • abaisser la taille de 3 centimètres
  • remonter les poches (de 10 cm ?)

Ces modifications mises à part (elles ont été apportées à ma version suivante), ce patron est très agréable à coudre, le corsage tombe très bien, j’adore la forme et je suis bien dans cette robe quand je la porte. Un bilan très positif en somme 🙂

robe_madras_dos
De dos, pour voir le tombé

J’adore les manches 3/4 et leurs bracelets de manches. C’est une configuration qui s’adapte très bien pour la mi-saison, l’hiver avec des collants et même l’été dans les régions ne souffrant pas de la canicule (comme ici en Bretagne).
C’est une robe que je porte très fréquemment, toute l’année, et dans laquelle je suis libre de mes mouvements (les photos sont là pour preuves). 🙂

robe_madras_dos_test2

PS : Comme mon papi me l’a fait remarquer, je l’ai boutonnée comme pour un garçon (coté gauche sur coté droit). C’est pas une erreur, c’est que ça rendait mieux ainsi.

Photos prises par a5e, proche de Porspoder Finistère (29).

Non classé

La robe Ikat (ou la robe de Saint Malo)

Marque et Modèle : « Cami » de Pauline Alice sans manche avec ajout de pinces poitrine

Taille : 38

Métrage et Fourniture :

  • 2m (peut-être un peu moins) de tissu « ikat » mélange de coton et viscose (je pense), Tissus Éco
  • 1 fermeture éclair bleue (30 cm),
  • 6 boutons jaunes
  • thermocollant.

robe_st_malo_dos2

Cette robe je crois que je l’ai rêvée. En tout cas je l’ai visualisée quand je cherchais le sommeil lors de ma semaine d’examens fin juin.
De ce fait j’ai commencé à la coudre début juillet. Je me suis particulièrement appliquée sur les raccords. Les raccords devant et dos sont parfaits (même sur la jupe !).

robe_st_malo_face
Si tu plisses les yeux, tu verras peut-être les raccords (mais t’en fais pas je t’assure qu’ils sont là !)

Par contre, j’ai eu un mal fou à faire des fronces correctes dans ce tissu. Car une fois la jupe froncée cousue au corsage, les fronces continuaient à bouger, elles étaient animées d’une vie propre totalement indépendante du reste de la robe. Ça n’allait pas du tout ! Alors j’ai changé de fils, d’aiguilles, de machines pour les maintenir. Maintenant (qu’elles sont fixées par 3 coutures) elles ont l’air d’avoir trouvé leur place.

Ce petit incident fait que le raccord jupe-corsage n’est pas aussi beau que ce que je voulais. Après moi je le sais, mais quand je la porte ça ne se voit pas tant que ça.

robe_st_malo_dos

Ma robe était presque finie, il ne me restait que les 6 boutonnières et l’ourlet. Et ça, ça a attendu mi-août que j’ai à nouveau accès à la robe et à une machine à coudre.
Et hop ! Aussitôt finie, aussitôt mise :). Depuis elle a été portée (trèèès) régulièrement (genre une fois ou plus par semaine).
L’avantage de cette robe c’est que c’est une robe d’été qui fait pas trop plage. À mon sens cela est dû au fait qu’elle a un col.

robe_st_malo_haut

Le tissu est léger et super agréable à porter. Il est légèrement transparent, mais ici ce n’est pas un problème car le motif est suffisament chargé.

robe_st_malo_transparence
Ici, tu vois la transparence/légereté du tissu

Le problème que j’ai rencontré avec ce tissu c’est qu’il déteignait (beaucoup) j’avais les mains bleues si je les mettais trop souvent dans mes poches. Je ne m’attendais pas à ce que ce tissu déteigne (autant), entre autres parce que le blanc du tissu etait resté impeccablement blanc après le premier lavage (avant la coupe). D’ailleurs c’est un peu un mystère car au lavage le bleu déteint sur tout ce qui bouge (la lingette décolor’stop principalement), mais ne déteint pas sur le blanc ou le jaune de la robe.

Depuis j’ai fixé les couleurs au vinaigre et je n’ai plus de problème.

robe_st_malo_vrai_dos

Concernant le patron, j’ai choisi le patron de la Cami de Pauline Alice auquel je n’ai pas fait les manches. Initialement j’avais choisi ce patron parce qu’il n’avait pas de pince poitrine donc c’était parfait pour mes raccords devant-dos.
Sauf que quand j’ai essayé ma robe, ça n’allait pas du tout, ça baillait partout au niveau de la poitrine et des emmanchures. Donc j’ai ajouté des pinces poitrine et tout est rentré dans l’ordre.

J’ai lu que certaines, qui avaient réalisées la Cami sans manche, avaient rogné sur les côtés et étaient presque descendues d’une taille sur le corsage. C’est peut-être une solution, mais pour moi le corsage est relativement ajusté à la taille donc ça demandait juste des pinces poitrine.

robe_st_malo_face2

Pour les modifications :

Comme il n’y a pas de manches, j’ai fini les emmanchures au biais.

J’ai appliqué les modifications que j’avais relevées suite à ma première Cami :

  • abaisser la taille de 3 centimètres
  • remonter les poches de 10 cm

    Et c’est très bien ! La taille est à ma taille naturelle. Les poches sont pile à la bonne hauteur. La longueur générale de la robe est meilleure je trouve, elle doit être 4 ou 5 cm plus longue que la précédente (car il y a les 3 cm de la taille, plus le fait que j’ai fait le plus petit ourlet que je pouvais), et c’est très bien 🙂

En conclusion : Le fait d’avoir fait cette robe dans un tissu tout mou (coton/viscose je pense) change totalement l’allure de la robe. C’est quelque chose auquel je ne m’attendais pas mais que j’aime bien car bien que j’ai réalisé le même patron je n’ai pas l’impression d’avoir la même robe 🙂

gif_testJuste en souvenir, voici les vagues qui se croisent lorsque la marée monte.

Photos prises par a5e sur les remparts de Saint Malo.