tricot

Emma Woodhouse – Le pull olive

Marque et Modèle : « Emma Woodhouse » de Rachel Says Yepa
Taille : Unique (réalisée telle quelle mais avec des aiguilles 5 (au lieu de 7))
Métrage et Fourniture :
– environ 11 pelotes de Drops Népal Olive mix 7238m

Ce pull c’est l’histoire d’une renaissance 🙂

PullRachelSaysYepa-face3

Au tout début, j’ai acheté cette laine. Et c’est ma mamie qui m’avait conseillé le coloris : Olive. Il parait que ça va avec tout et en plus je n’en avait pas encore dans mon armoire 🙂

Si vous voulez mon avis, j’approuve 🙂 En plus ce coloris est riche. Je veux dire il est pas juste vert olive. Dans la laine il y a quelques fils plus jaune, et d’autres un peu plus foncés.

PullRachelSaysYepa-faceZoom

Ensuite, j’ai commencé un gilet en point de riz.  … Et puis il n’a jamais été fini (en même temps sans patron réel, mais un tuto que je bidoullais, je ne sais pas où je voulais arriver). Je l’ai détricoté et j’ai lavé la laine pour enlever les tortillons.

Puis, Anne a publié cet article. Et là, crush total, big love, ect… J’ai découvert par la même occasion le blog (et le podcast) de Rachel Says Yepa.

PullRachelSaysYepa-Coté

Bref j’ai mis dans la foulée ce modèle sur mes aiguilles. Bon j’ai un peu bidouillé parce que ma laine n’est pas faite pour être tricotée en 7. Moi je l’ai tricoté en 5.

Je ne voulais pas que le pull soit trop oversize. Alors après de savants calculs avec les copines du Tricoté du mardi (sur Nantes au LU le mercredi soir), on a décidé que la largeur devrait être OK, si je faisais pareil que dans le patron.

PullRachelSaysYepa-Dos2

En hauteur, j’ai ajouté 2 fois le motif central (je crois). Si je le refais (de cette manière), j’ajouterai encore 2 motifs de plus. Parce que là, il arrive juste à la limite de mon pantalon quand je suis debout (et moi j’aime bien quand je suis bien couverte pour ne pas avoir froid au dos).

Et puis, pour les manches j’ai fait à ma sauce, parce que je voulais que le motif soit dans le même sens que sur le corps. De ce fait, je devais partir des poignets (et je les ai tricotées à plat).

PullRachelSaysYepa-faceDétail

Voici ma recette : (il n’y a aucune science du tricot ici, j’ai juste pris des notes de ce que j’ai fait sur la première manche pour pouvoir faire la 2ème. Et le résultat n’est pas si mal (je trouve), alors je partage).

Monter 40 mailles , réaliser des cote 2×2 sur 4 cm.
Placer le diagramme au milieu, le tricoter jusqu’au haut de la manche.
Au bout de 14 cm , une augmentation de chaque coté de la manches (+2 m),
+ 6 rang plus tard, 1 aug de chaque coté de la manches (+2 m)
+ 8 rang plus tard, 1 aug de chaque coté de la manches (+2 m)
+ 8 rang plus tard, 1 aug de chaque coté de la manches (+2 m)
+ 6 rang plus tard, 1 aug de chaque coté de la manches (+2 m)
+ 8 rang plus tard, 1 aug de chaque coté de la manches (+2 m)
+ 6 rang plus tard, 1 aug de chaque coté de la manches (+2 m)
+ 8 rang plus tard, 1 aug de chaque coté de la manches (+2 m)
+ 6 rang plus tard, 1 aug de chaque coté de la manches (+2 m)
+ 6 rang plus tard, 1 aug de chaque coté de la manches (+2 m)
+ 8 rang plus tard, 1 aug de chaque coté de la manches (+2 m)
+ 8 rang plus tard, 1 aug de chaque coté de la manches (+2 m)
– rabattre 8 m sur le 8 rg (idem de l’autre cote rg envers)  (- 16 m)
– rabattre 6 m sur le rang endroit (idem de l’autre cote rg envers)  (-12 m)
– rabattre 5 m sur le rang endroit (idem de l’autre cote rg envers) (-10 m)
– rabattre 4 m sur le rang endroit (idem de l’autre cote rg envers) (-8 m)
– rabattre 5m sur le rang endroit (idem de l’autre cote rg envers) (-10 m)
– rabattre 4m sur le rang endroit (idem de l’autre cote rg envers) (-8 m)
– rabattre 4m sur le rang endroit (idem de l’autre cote rg envers) (-8 m)
– rabattre les dernières mailles (15 m ?)

PullRachelSaysYepa-Dos

Les manches ne sont pas exactement comme je le pensais. La forme fait qu’elles ne débutent pas sur les épaules mais au début de bras. Je ne m’y attendais pas. (Je pensais en tout cas que ça serais moins prononcer parce que j’avais une plus petite taille d’aiguille). Cependant mes manches ont la longueur parfaite, alors je les accepte telles qu’elles sont 😉

Voilà, c’est le pull que j’ai tricoté le plus vite jusqu’à maintenant. Le diagramme du devant est carrément addictif. Et pour le dos et les manches, je connaissais le pattern, si bien que je n’avait plus besoin du diagramme (j’ai même pu tricoté dans le noir dans la voiture #petitevictoirepersonnelle !).

PullRachelSaysYepa-faceDetail2

Si il n’a pas été publié plus tôt, c’est qu’il lui manquait son encolure. J’ai perdu la petite boulette de laine qu’il me restait. Bref, il attendu 6 mois (d’été) que je rachète de la laine pour le finir réellement.

Je l’aime vraiment beaucoup, je trouve que les torsades et la dentelle sont bien équilibrées :). Aussi cool à tricoter qu’à porter, c’est une réussite totale 🙂

Merci Rachel pour le patron et Anne pour la découverte et le diagramme 🙂

PullRachelSaysYepa-face2

Photos prises le weekend de redoux du mois d’octobre (il faisait au moins 25°C pas du tout un temps à porter un pull exclusivement en laine (plutôt un temps à être en short)) à Port Jean – Carquefou (44)

Non classé

Mon premier pull : mon premier tricot

Marque et Modèle : Modèle 15 du catalogue Katia n°6 Automne-Hiver

Taille : 38-40

Métrage et Fourniture:

  • 13 pelotes de la marque « Drops » coloris « ALASKA bleu nuit 15 »

pull_coupe

Voici mon premier tricot, mon premier vrai tricot ! Autant vous dire que j’en suis super fière 😉

Cet été à mon retour d’Irlande, j’ai demandé à ma mamie de m’apprendre à tricoter. Elle m’a montré le point mousse, le jersey endroit et envers, et ensuite elle m’a dit : c’est bon tu sais tout ! Le reste est simplement une conjonction de ces points. Le reste comme elle dit ça avait l’air simple sous ses doigts mais pas sous les miens (en tout cas pas quand je m’exerçais sur la laine (alpaga glissante) que j’avais ramenée). Bref j’ai un peu insisté et j’ai fait un carré de jersey (super serré) dans l’idée de faire une écharpe, et… ça ne m’a pas vraiment plu. Les écharpes c’est pas vraiment mon truc, du moins pour l’instant. Tricoter un rectangle de longueur indéterminée, ça ne me motive vraiment pas.

pull_cote

Alors je me suis dis que j’allais me tricoter un pull. Le « Il Grande Favarito » était devenu un best seller et était conseillé pour les tricoteuses débutantes. J’ai acheté ma laine. J’ai été surprise lorsque je l’ai reçue parce que ça n’était pas vraiment la couleur que j’attendais (je conçois que cette couleur est très difficile à prendre en photo, mais bon). J’ai décidé tout de même de faire mon pull dans cette laine (j’ai tellement de bleu dans ma garde robe que j’allais trouver quelque chose à mettre avec).
Je suis allée à la mercerie pour acheter des aiguilles circulaires, mais il n’y en avait plus, et puis en plus ma laine ne correspondait pas tout à fait à l’échantillon demandé, et puis finalement j’ai trouvé un modèle classique dans ce magazine (et puis plusieurs autres modèles me plaisaient bien également dedans) .

pull_zoom2

Ainsi, je me suis lancée, mi octobre dans ce pull. J’ai appris à faire des côtes (oui c’est par là que l’on commence le pull). Le corps du pull est fait en jersey. J’ai appris les diminutions, les augmentations, le rabattage des mailles et le relevage des mailles pour l’encolure.
Ça fait pas mal de choses tout de même. On peut conclure que ce projet a permis une progression fulgurante ! Vous me direz, ce n’est pas difficile de progresser quand on part de zéro .. Certes, mais tout de même je suis fière de moi 🙂

pull_dos

J’ai fait ce pull en 3 semaines environ. (Rassurez vous, je n’ai pas une mémoire d’éléphant, j’ai simplement Instagram (où vous pouvez me retrouver : @mllecarnot) qui me permet de savoir quand je commence et termine un projet).
J’avoue j’ai pas mal tricoté pendant ce temps là, (même à l’école pendant les TP quand mes calculs de modélisation tournaient). En fait, à cette époque là je préparais le Congrès Industriel de l’UTBM (je vais vous faire un article sur cet évènement que j’ai organisé, parce que mine de rien c’est un gros projet ça aussi). Et cette préparation demandait pas mal d’énergie, (+ les cours), je rentrais plutôt lessivée, donc le tricot correspondait mieux à mon état d’esprit (= mon état de fatigue) que la couture. Ajoutons à ça que quand j’étais pas fatiguée, j’étais motivée par ce que ça avançait bien. Cela eut pour conséquence que j’ai fini ce pull avant les vacances de la Toussaint, c’est à dire avant le Grand Froid. Et ça c’est cool parce que je l’ai porté touuuut l’hiver (et maintenant encore, puisque l’hiver n’est pas du tout fini).

pull_face
un autre projet se cache sur cette photo 😉

Juste un truc, un pull à manches 3/4 …C’est très joli (je conçois), mais y’a pas comme un problème pour vous ? Parce que, le quart où il n’y a pas de manche, bah, on a froid aux avant-bras. Alors on ne m’y reprendra plus, mes prochains pulls auront des manches Longues !

pull_belfort
J’aime beaucoup cette vue de Belfort (prise depuis le haut du fort) on a l’impression que la ville est faite de maisons de poupées.

PS : Pourquoi ai-je mis autant de temps à vous présenter ce pull que j’adore ? Aucune idée, enfin maintenant c’est fait 🙂

Photos prises par a5e, sur la plateforme panoramique au dessus du fort de Belfort (90)

Non classé

Voyage en Irlande (Wwoofing)

J’ai été choquée par les évènements de Paris d’il y a 10 jours, et puis les choses ont continué et se sont enchaînées, et j’ai enfin pris le temps de finir et de partager avec vous cet article commencé juste avant.

bonnetBBHsecret
Voici le bonnet devant le coucher de soleil du ballon d’Alsace (on voit rien 😉 c’est pour garder la surprise)

Marque et Modèle : « Baa-ble Hat » de Donna Smith

Métrage et Fournitures:

  • 1 pelote verte un peu tweedée de couleurs orange et violette (totalement utilisée)
  • 1 (et un peu plus) pelote bleue pour le ciel (reste de mon premier pull (teaser du prochain article tricot))
  • 1/2 pelote de blanc (colori naturel je dirais)
  • 1 tout petit peu de noir
  • une paire d’aiguilles en 4,5 (j’ai tout tricoté en 4,5).

Ce projet tricot est ma participation au concours de Thread&Needles ayant pour thème « Au fil des voyages ». Alors je vais débuter en vous présentant le voyage qui a inspiré ce projet. (Les détails sur le bonnet se trouvent à la fin).

IrelandBeauTemps
Le paysage dans le champ derrière ma première ferme (les vaches sont en contrebas)

Cet été je suis allée Wwoofer en Irlande (pour améliorer mon anglais).

Le Wwoof (pour : World Wide Opportunities on Organic Farms) est un mouvement qui permet à des volontaires d’aller aider des agriculteurs dans leurs travaux à la ferme en échange du gite et du couvert. Chaque ferme/jardin est différente et a son fonctionnement propre. Les tâches qui sont demandées aux volontaires varient selon les fermes et les besoins.

Ça a été pour moi une expérience géniale, j’ai pu rencontrer des vrais irlandais, mais aussi des volontaires du monde entier. J’ai été accueillie par 2 hôtes, le premier était proche de Sligo (Nord de la République d’Irlande) et à Bantry, proche de Cork (Sud de la République d’Irlande).

Je n’ai pas réellement visité l’Irlande, autrement dit je n’ai pas vu les lieux touristiques (il va falloir que j’y retourne). Mais j’ai vu les paysages aux alentours des fermes.

IrelandTempsMvt
Le paysage au-dessus de ma première ferme. On peut le voir ici, le paysage est « changeant » en Irlande
IrelandBantry
Bateau dans la baie de Bantry et Paysage derrière ma deuxième ferme (avec une vache toute seule rejoignant son champ)

J’ai eu la chance d’être avec d’autres volontaires dans les fermes. L’une était espagnole, l’autre irlandaise; et la dernière que j’ai rencontrée était canadienne. On se partage le travail, et on peut discuter comme ça le temps passe plus vite (et mon anglais s’améliore).

Dans la première ferme, j’ai côtoyé des troupeaux.
D’abord de vaches pour qu’elles rencontrent le vétérinaire. J’avais jamais vu de vaches aussi grosses de ma vie 🙂 elles étaient pour la plupart enceintes (ce qui explique cela). Et dans l’ensemble, elles étaient plutôt calmes. (je suis désolée je n’ai pas de photos d’elles.)

IrelandSheep
Les moutons avant la tonte

Et puis ensuite les moutons. Ils avaient rendez-vous avez le tondeur.
Mais avant ça il faut tous les rassembler dans un même endroit. Et les moutons, ils réfléchissent en groupe, si il y en a un qui est un peu plus hardi et qui ne va pas dans la direction que tu as décidée, tous les autres vont le suivre…

(Les moutons de Panurge n’est pas qu’une expression, c’est basé sur des faits réels, j’ai expérimenté).
Donc on a regroupé les 40 moutons (et 20 agneaux) pour que seulement les moutons passent à la tonte.

IrelandSheep3tondu
Un mouton après la tonte (ils ont sacrément maigri)

C’est assez impressionnant la tonte. Ce qui est bien dans ce procédé c’est que le mouton n’est pas blessé du tout, même au contraire ça leur fait du bien, parce que en plein été avec toute leur laine, ils ont carrément trop chaud.

Et puis ici, on a aussi jardiné dans le polytunnel les jours où il crachouinait trop.

Et j’ai fait quelque chose de typiquement irlandais, j’ai retourné la tourbe pour qu’elle sèche.
La tourbe c’est leur combustible, ce qui leur permet de se chauffer toute l’année. Dans les fermes où j’étais si on ne fait pas de feu, on a pas d’eau chaude. Alors il faut faire attention à entretenir le feu le soir pour avoir de l’eau chaude le lendemain matin (après une douche froide on y pense plus facilement).

IrelandTourbe
Le champ de tourbe

La tourbe est extraite des tourbières par une machine. C’est la même machine qui étend la tourbe et en fait des petits rectangles, pour qu’elle sèche. Une fois sèche d’un côté, on la retourne pour qu’elle sèche d’un autre (on peut faire ça 4 fois pour les 4 faces des rectangles). Une fois complètement sèche, on en fait des petits « tipis » pour que les petits rectangles finissent définitivement de sécher et pour que la pluie ruisselle dessus et ne les imbibe plus d’eau. Quand ils sont parfaitement secs, on les ramasse et les stocke pour l’hiver.

On retourne la tourbe avec des gants. Et malgré cela si on ne se lave pas les mains immédiatement après avoir fini, un dépôt noir sèche et il est impossible de l’enlever (même avec du savon et en frottant très fort). Y’a plus qu’à attendre que la peau se renouvelle. (C’est impressionnant le pouvoir d’accroche et de pigmentation de la tourbe).

IrelandPoppy
Coquelicots du jardin de ma deuxième ferme

Ma deuxième ferme était plutôt un jardin avec des animaux. Je veux dire par là qu’il n’y avait pas du tout de troupeau.
Ici on avait des tâches journalières, le matin et le soir : nourrir les 2 moutons, les cochons, les poules, les chats et le chien, ouvrir (ou fermer) aux oies et aux poules, et s’occuper du jardin. Et nous avions différentes autres missions dans la journée.

Voici tous les animaux de la ferme :

Irelandanimauxmeltingpot
Les animaux de la ferme
IrelandMary
Un apparté spécial cochons, parce que « Mary » c’est le nom de la truie, était super gentille et très intelligente (elle savait ouvrir le loquet de son local si il n’était pas verrouillé par un mousqueton). Ses petits aussi étaient très intelligents, ils se faufilaient en dehors de leur local pour aller dormir dans la paille fraîche. 🙂

Pour les nouveautés culinaires dégustées : j’ai mangé pour la première fois des haricots « Heinz » au ketchup sucré, c’est pas mauvais du tout (mais c’est surprenant, à la première bouchée). Et j’ai goûté (et adoré) un carrot cake !

IrelandHurling
Pendant le match de hurling

J’ai vu un match de Hurling, un sport exclusivement irlandais. Je vais essayer de vous expliquer (moi on m’a dit c’est du quiddich avec des crosses, bon moi je trouve que c’est pas tout à fait ça) : c’est un sport où il y a 2 équipes (des joueurs et un goal), des cages et des poteaux (comme au rugby), chaque joueur à une sorte de crosse en forme de cuillère en bois géante (et plate), et il y a une balle (genre de la taille d’une balle de baseball). Les joueurs prennent la balle sur leur cuillère et ou tirent dedans ou courent avec (ce qui est une sorte d’exploit, vue de loin, ils défient les lois de la physique, mais il doit y avoir une technique :)). L’objectif est de passer la balle entre les poteaux ou dans la cage (ce qui rapporte plus de points).

Vous pouvez visionner cette vidéo pour voir en image ce que j’ai essayé d’expliquer. L’autre volontaire (canadienne) faisait des études d’infirmière et sa première réaction a été « mais combien de doigts sont cassés par match ? » Dans celui que l’on a vu aucun (mais ça aussi ça défie les lois physiques !) par contre 2 crosses ont été cassées, ils y vont pas molo les gars.

IrelandHurling
Voici le lancé d’une balle, je vous assure c’est très technique

Comme vous pouvez le lire, j’ai découvert plein de choses durant ce voyage.
Après ma rencontre avec les moutons, leur tonte dans la première ferme, j’ai appris dans la deuxième ferme à carder la laine.

Et puis revenue en France, j’ai demandé à ma mamie de m’apprendre à tricoter (jusqu’à ce moment là je ne faisais que crocheter).
Et puis j’ai fait un pull.
Et puis ce bonnet 🙂 Qui avec ces petits moutons me rappelle l’Irlande à chaque fois que je le mets (soit presque chaque fois que je sors).

bonnetBBHcestMoi2

Je l’ai réalisé durant les vacances de la Toussaint.
Sachant que c’est mon deuxième tricot de ma vie, c’est donc la première fois que je faisais du jacquard. Je trouve que je m’en suis pas mal sortie du tout.

bonnetBBHtete2

Au début mes moutons (les plus gros) gondolaient un petit peu, mais ils ont trouvé leur place (à plat) lors du blocage.

bonnetBBHdosv2

Le patron que j’ai utilisé est le « baahble hat ». C’est un patron gratuit créé par Donna Smith à l’occasion de la Shetland Wool Week. Je l’ai découvert dans le podcast des « Aiguilles du Nord ».
(Je trouve super cool que la communauté francophone de tricot soit tout autour du monde, (« les aiguilles du nord » sont implantées en Norvège)).

bonnetBBHprofil2

Le seul changement que j’ai apporté au patron du bonnet est de commencer le ciel dès la fin de l’herbe.
Cela est dû au fait que je n’avais plus de laine verte et qu’il devait encore y avoir 3 rangs de vert. Alors j’ai commencé le bleu. Ce qui fait que j’ai 3 laines durant le jacquard des moutons. Mais ça va je m’en suis sortie :p
Donc si vous suivez (vraiment) le patron, normalement durant le jacquard il n’y a que deux laines qui se croisent. Donc elles s’enroulent entre elles mais ne font pas vraiment de noeuds (trois parfois ça fait des noeuds). Je pense que c’est un patron idéal pour commencer le jacquard (parole de grande débutante !).

bonnetBBHdos2v2

J’ai vraiment beaucoup aimé tricoter ce bonnet. C’est une première et excellente expérience en jacquard. Je pense que je recommencerai parce que contrairement à ce que l’on dit je ne trouve pas cela très difficile. C’est simplement du jersey où il faut changer de couleur au bon moment.
Et puis le résultat est à la hauteur ! Je suis super fière de mon bonnet et je le suis encore plus quand les gens sont étonnés que ce soit moi qui l’ai réalisé.

bonnetBBHsol

En bonus, parce que je les aime bien 🙂

bonnetBBHcoucherdessoleil2
Coucher de soleil vu du ballon d’Alsace (lors des photos du bonnet)
IrelandArriveeRoscoff
Deux goélands pris lors de l’arrivée à Roscoff en ferry au moment du lever de soleil

Photos et vidéos d’Irlande prises à Sligo et Bantry durant mon voyage en Juillet

Photos du bonnet prises par a5e sur le Ballon d’Alsace (90)